REPERAGES

Rien n’est plus satisfaisant que de trouver un nouveau site de cueillette au bout d’un chemin de randonnée ou un simple sentier de montagne.  Ensuite il faut se renseigner à qui appartient ce lieu  et être sûr que le sol n’a subi aucun traitement au cours des dernières années.

Le climat est de plus en plus rude (chaud) et incertain (imprévisible) Et puis les plantes et fleurs ne sortent pas pile à l’heure tous les ans ! Il faut guetter, revenir sur place , se tenir prêt !  parfois on est  surpris de trouver une plante alors qu’on ne la cherchait pas Bien souvent ce sont des heures de marche et on rentre bredouille

RECONNAISSANCE DES PLANTES

Ma passion  pour la randonnée m'avait déjà fait connaitre les sites de lavande sauvage, romarin, thym de la région. Ensuite c’est en faisant mes diverses formations que j’ai découvert d'autres  plantes , petit à petit j’ai fait le lien avec biotope, exposition, altitude,  sol , géologie, etc... Ce qui ne change pas et qui s’apprend tous les jours , c’est qu’il faut savoir reconnaitre une plante avant de la cueillir. Il faut travailler la « reconnaissance de végétaux »... à tout cela se mêle le hasard, la chance, la persévérance.

CUEILLETTE

Ces « Sauvages » sont cueillies dans des sites environnementaux extra purs loin de toute pollution,au bout des sentiers de randonnées, sur des plateaux dominant les vallées, des collines  ou en forêt, en montagne , entre 650 et 1200 mètres. Ce sont donc des plantes endémiques d’une extrême qualité, reflet de notre biotope lorsqu’il n’est pas contaminé. Elles sont cueillies par temps sec, le matin à l’heure où elles sont chargées à plein de leur principes actifs. 1/3 des sujets sont laissés sur le site de récolte pour respecter et favoriser la reproduction de l’espèce sur le lieu, la pollinisation.

CHIEN ET SOLITUDE DE L'HERBORISTE

Dalva ma chienne est à mes côtés tous les jours, cueillette, ensachage, travail au bureau…elle est là pour rendre une journée en solitaire moins rude, me garder, retrouver le chemin si je me perds Comme tous les animaux elle va vers les plantes qui sont bonne pour elle et se purge. Souvent son instinct de chasseuse et de chien de berger m’amène dans des lieux oubliés, habités seulement par des furets, des écureuils ou des chevreuils. Pour Dalva  cueillir est une aventure sans cesse renouvelée.

JEUNES AGRICULTEURS

Les vallées des Alpes maritimes (il y en a onze en tout) ne communiquent pas toutes entre elles. Il peut être difficile pour les agriculteurs d’être solidaires car nombre de lacets de montagne nous séparent alors qu’à vol d’oiseau tout paraît tout près. Malgré le contexte économique difficile nous essayons de rester groupés et solidaires. Ainsi je travaille en complémentarité avec mes voisins et collègues de la vallée de la Tinée qui produisent aussi des plantes médicinales. Notre présence dans le même métier nous rassure , nous conforte dans nos choix et nous permet d’avancer chacun à notre rythme, sans concurrence. Nous avons naturellement fait des choix de diversifications complémentaires. Avant tout, nous sommes liés par un métier qui est surtout une passion et une manière de vivre.

COMMENT NOUS CUEILLONS

Les produits des « Sauvages » sont principalement cueillis dans la vallée de la Tinée et le pays grassois.  Toutes le plantes sont synonymes de matière irréprochable, d’excellence.

Elles sont cueillies par temps sec, le matin à l’heure où elles sont chargées à plein de leur principes actifs. 1/3 des sujets sont laissés sur le site de récolte pour respecter et favoriser la reproduction de l’espèce sur le lieu, la pollinisation.

DALVA

Jai nommé ma chienne Dalva en référence au roman de Jim Harrison, disparu l’année de sa naissance. Ca veut dire aube en portugais , c’est aussi une samba brésilienne  « Estrella Dalva ».

Dalva est arrivée chez Les Sauvages à 2 mois,  l’année de la naissance des Sauvages en 2016

POINTS DE VENTE

Vous retrouverez nos tisanes dans divers points de vente sur Nice , notamment 21 Paysans, 3 rue Valperga 06000 Nice

Contactez nous pour avoir d'autres adresses

"D'autres voix lui parlaient encore. Des profondeurs de la forêt, il entendait résonner tous les jours plus distinctement un appel mystérieux, insistant, formel, si pressant que parfois, incapable d'y résister, il avait pris sa course, gagné la lisière du bois"

L'Appel de la forêt, Jack London